AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NOORA MOHN (ILH)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
INSURGENT
keep calm and get wasted
avatar

Inscription : 01/01/2012 Messages : 22

MessageSujet: NOORA MOHN (ILH)   Lun 20 Fév - 21:01

Citation :
NOM : Mohn. Nom que tu tiens de ton père, qu'il le tient lui-même du sien.
PRÉNOM(S) : Noora. simple, peut modifiable pour les surnoms. on t'appelle souvent No par flemme de prononcer ton prénom en entier, mais seul les personnes les plus proches de toi se le permettent.
ÂGE : ça fait maintenant vingt trois ans que tu grandis dans ce monde, que tu te forges un caractère sur les événements qui rythment ta vie.
DATE DE NAISSANCE : t'es née le quatorze février 1994. un comble pour toi qui ne croit pas en l'amour d'être né le jour où on célèbre les amoureux.
LIEU DE NAISSANCE : à Reykjavik en Islande.
STATUT AMOUREUX : l'amour n'a rien de concret à tes yeux. tu ne comprends pas en quoi on peut tomber amoureux d'une seule et unique personne. les personnes sont souvent déçu par l'amour et tu préfères te cacher derrière des sentiments inavoués que d'avouer une vérité qui risque de te blesser. Tu n'as jamais vécu une relation sur la durée, tu te qualifies plutôt de fille sans attache et légèrement volage. T'es célibataire et tu ne ressens pas le besoin de changer cela pour le moment.
ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. Tu n'as jamais désiré une femme, comme tu désires les hommes. Tu avoues n'avoir jamais cherché à aller plus loin avec une femme, si l'expérience devait arriver, alors tu n'en aurais pas honte, mais tu sais que les hommes retiennent plus souvent ton attention.
CLASSE SOCIALE : Aisée. Avant de parcourir le monde, tes parents étaient des bosseurs. Ton père travaillait comme avocat dans une société qu'il a construite avec son meilleur ami et ta mère était une styliste avec un talent indiscutable. Ils n'ont jamais manqué de rien et on toujours voulu transmettre ce confort de vie, en vous inculquant à ton frère et toi certaines valeurs. Tu sais qu'il faut travailler dur pour obtenir ce que l'on souhaite. Cet argent qui repose sur ton compte en banque en libre accès, n'est que le fruit d'un travail acharné.
ÉTUDES MAJEURES : astronomie. quand t'étais petite, tu passais plus de temps à contempler le ciel que le monde qui t'entourait. Tu as toujours été fasciné par ses astres scintillants que ton père essayait d'énumérer pour satisfaire ta curiosité. Il avait rarement raison et préférait se perdre dans des histoires qui faisaient pétiller tes yeux, que te dire la vérité.
ÉTUDES MINEURES : littérature anglaise Comme l'astronomie tu aimes t'évader dans ses ouvrages à la plume extraordinaire. Ces récits d'aventures, d'amours, historiques .. te faisaient voyager à leur façon, d'une manière bien différente que ce que tu vivais au quotidien.

Citation :
Say yes to new adventures
2010 – RIO DE JANEIRO
Tu tournoies sur toi-même jusqu’à te donner la nausée. Tes mains s’agrippent à la première personne qui se trouve devant toi. Un rire franc s’échappe de tes lèvres rosées, très vite accompagné par un autre rire que tu connais si bien. Emil t’observe statique, permettant à ton corps de retrouver une certaine stabilité. « Pourquoi te sens-tu toujours obligé de tourner ainsi sur toi à chaque pays que l’on visite. » te demande-t-il pour la énième fois, comme si toutes les raisons que tu lui avais donné depuis la première fois ne lui suffisait pas. Un sourire apparaît sur ton visage. Tes doigts se resserrent sur ses avants-bras un peu plus fermement comme pour lui faire ressentir cette joie, cet engouement que tu ressens à chaque fois que tu découvres un nouveau pays, une nouvelle ville … Tu as besoin de t’immerger dans cette culture inconnue jusqu’au bout des ongles, comme si tu voulais devenir une nouvelle personne, encore une fois. T’as été une française, une italienne, une grecque, une australienne, une indienne etc. Tu pourrais parler de chaque culture comme si c’était la tienne, mais tes racines, ta terre natale reste avant tout l’Islande. Tes yeux, tes cheveux, ton teint laiteux trahissent tes origines au premier regard. Mais tu ne rejettes en aucun cas ce que tu es avant tout, c’est à dire un pur produit islandais. « Parce qu’à chaque fois que je tournerais sur moi alors chaque pays que j’ai visité pulseront mon sang et mon âme. » expliques-tu finalement. Tu pourrais passer pour une folle à dire ça, mais tu comprends qu’il est difficile d’imaginé ce que tu as vécu depuis ta naissance. Tu as vu et appris tellement de chose en si peu de temps que tu te sens privilégié. Aujourd’hui, le Brésil et plus précisément Rio de Janeiro s’offre à vous. A peine as-tu posé un pied sur le sol brésilien que tu as voulu visiter le Corcovado. Epuisé par ton énergie quasi constante et ta soif de savoir, tes parents ont laissé ton frère prendre les choses en main. Maintenant que tu retrouves face à ce Chris majestueux, tu ne peux te retenir d’avoir le regard pétillant. « Un jour on s’arrêtera de vivre cette vie que nous offres nos parents et je voudrais me souvenir de chaque endroit comme si c’était hier. » dis-tu tout en prenant une photo du monument emblématique. Emil te tapote la tête pour appuyer tes dires et tu ne peux t’empêcher de prendre un selfie en sa compagnie, le postant directement sur Instagram. Un jour tu reviendras sur toutes photos que tu as prise, contant tes aventures à tes enfants, et même tes petits-enfants. Tu finis par lever la tête, observant ce ciel si bleu, espérant que ce dernier t’offres ces merveilles scintillantes la nuit tombée.

TEARS NEVER LIE
2012 – BOSTON
Tu laisses glisser ton sac à dos le long de ton corps jusqu’à ce qu’il atteigne dans un bruit sourd le sol. « Je suis rentrée. » lances-tu de vive voix pour prévenir les personnes se trouvant dans la maison. « On est dans le salon. » Tu te diriges vers ce dernier tout en retirant ta veste jean. Le silence pesant qui t’accueille t’hérisse le poil. Tu vois tes parents de dos et ton frère sur le fauteuil, te faisant face. Son visage est fermé, impossible d’identifier une émotion quelque conque. Ton ventre se noue, ton coeur se serre et tu as peur de ce qu’ils vont dire. Tu pries même pour que personne n’ouvre la bouche. Tu prends place à côté de ta mère qui s’empresse d’attraper ta main afin de la serrer. Elle peut immédiatement voir dans ton regard que tu ne comprends pas, que tu as peur et que l’attente est insoutenable. Ses lèvres rougies par son rouge à lèvre favoris s’étirent en un sourire. « Ecoute Noora, on ne va pas partir en voyage pendant quelques temps. » Tu fronces les sourcils. Tu sens qu’il n’y a pas que ça, tu te doutes qu’un silence aussi religieux et ces mines ravagés par la tristesse, la colère et la peur ne sont pas dû qu’à une annonce aussi banale. Qu’importe si vous devez rester ici plus longtemps, tant mieux même, tu pourras peut-être apprendre à te faire des amis plus longtemps que d’habitude. « D’accord. » dis-tu faiblement. De sa main libre, elle vient replacer une mèche de cheveux derrière ton oreille. Elle t’observe comme si c’était la dernière fois qu’elle le faisait. « Mais la raison qui nous pousse à prolonger notre séjour à Boston .. » commence-t-elle par dire. T’es accroché à ses lèvres comme une moule à son rocher. Tu voudrais lui hurler de lui cracher cette vérité immonde qui brisera à jamais ton coeur et celui de ta famille. Tu voudrais la secouer, l’implorant d’assumer cet abandon si soudain. C’est ce que tu aimerais faire, mais tu ne bouges pas d’un pouce. « J’ai un cancer des os, Noora. » Ton souffle se coupe, ton regard se voile et tu n’écoutes plus. Rien n’entre et rien ne sort. Tu sens l’humidité de tes larmes sur tes joues, mais tu n’arrives à n’émettre aucun son. Tes gestes sont maladroits et ta peine est incontrôlable. Tu devrais être forte pour elle, afin de la partager, mais tu ne fais que pleurer et exprimer ton mal-être face à cette annonce. Ses paroles ne t’atteignent pas, elles rebondissent sur toi et n’atteindront jamais ton coeur.

UN AN PLUS TARD ...

Caché sous ta couette, recroquevillé sur toi-même, tu écoutes en boucle le message audio de ton frère. « Noora t’es ou putain ? Fait pas ça s’il te plait. Maman veut te voir. Elle veut nous voir avant de .. avant .. avant de partir. » L’émotion dans sa voix ne fait qu’accentuer ta peine et ta culpabilité. Tu n’arrives pas à sortir de ce lit, de cette chambre qui est .. était la sienne. Ne fais pas ça. Lève toi. Dis lui une dernière fois que tu l’aimes. Tu fermes comme pour puiser le courage dans les dernières forces qui te restent. Tes doigts pianotent sur ton téléphone et la voix familière de ton frère résonne à peine après la première sonnerie. « Tu peux venir me chercher. »

Tu te tiens face à la porte. Tu voudrais faire demi-tour, être ailleurs qu’ici. Ce lieu n’a rien de joyeux, ce lieu n’a rien d’accueillant .. Il est seulement synonyme de souffrance et de mort à tes yeux. T’inspires une bouffée d’air et tu franchis le cap. Ton regard se voile instantanément. Tout le monde s’attarde un instant sur ta présence avant de reporter leur attention sur ta mère. Allongé dans son lit, les yeux mis-clôt, tu vois malgré tout un sourire faible s’affichait sur son visage terne. Elle sait que tu es là, comme si elle pouvait sentir ta présence. Ses doigts tapotent lentement la place à côté d’elle et tu t’approches, faisant attention au moindre de tes gestes. Ta main enveloppe la sienne, d’une aura que tu veux rassurante. « Je suis là. » murmure-t-elle. « Je serais toujours là. » Tu ne peux retenir tes larmes. Tu ne peux être cette fille forte que tu voudrais être à cet instant. Tu as tellement de chose à lui dire. Le fait que tu as été prise à Harvard que tu vas pouvoir faire ce que tu veux vraiment, observer les étoiles sans qu’on te juge silencieusement. Tu voudrais lui dire que tu peux vivre sans elle, que tu vas t’occuper ton père et ton frère, que tu vas être cette fille bienveillante qu’elle a toujours voulu que tu sois. Tu voudrais la faire rire une dernière fois comme tu avais l’habitude de le faire quand vous étiez ensemble. Tu voudrais lui promettre que tu ne te détruiras pas juste après son départ. Mais ça tu ne sais si se sera possible, tu sens déjà ce chagrin te consumait à petit feu. Il compresse ton coeur dans un étau et t’empêche de respirer normalement. Pourquoi mentir à cette femme qui te connait tant ? Tu ne serais pas forte, tu ne seras pas ce soutien que ton père et ton frère attendront. Tu te détruiras physiquement pour aller mieux psychologiquement, un certains temps. Puis tu remonteras la pente parce que c’est ça le deuil … A un moment tout va mal et puis tout s’arrange. Au final, tu sais que tu n’as qu’une chose à dire pour qu’elle puisse partir en paix. « Je t’aime. »

YOU ARE MY PERSON
2015 – CAMBRIDGE
Plantant ta fourchette dans le bout de poulet qui se trouve dans ton assiette, tu sens le regard accusateur de ta meilleure amie sur toi. Innocemment tu relèves le regard vers elle. Anja est là avec son steak de soja, à te fusiller du regard pour manger cette viande sans sourcillait. A croire que tu étais là seule à subir ses exposés de A à Z expliquant pourquoi manger de la viande c’est mal. « Elle s’appelait Cocotte, elle était vraiment belle, elle mangeait ses petits graines en liberté. Qu’est ce qu’elle était heureuse. Je t’assure que sa vie a été un vrai paradis. » expliques-tu tout en avalant ton bout de viande blanche. Elle fronce les sourcils et te pointe de sa fourchette menaçante. « Arrête de te foutre de ma gueule. » Tu ne peux t’empêcher de rire. On pourrait la prendre pour une jeune fille naïve avec son teint de poupée et son visage angélique, mais c’est en réalité une vraie casse-pied. Voilà maintenant deux ans que vous vous connaissiez, une amitié qui a commencé dans des circonstances assez improbables. La bombe qui avait explosé dans la cafétéria avait causé pas mal de dégât physique comme matériel. Apeuré, mal en point tu t’étais retrouvée à côté de cette suédoise aussi tétanisé que toi. Instinctivement sa main c’était accroché à la tienne, comme si ainsi elle s’accrochait à la vie. Tu te souviens avoir ressenti du soulagement d’avoir un soutien comme le sien. « Fait pas semblant de m’écouter. » la voix d’Anja te sort de tes souvenirs et tu lui souris avant de venir piquer sa main avec ta fourchette. « AIE ! » Les regards se tournent vers vous, et t’exploses de rire. Quelle drama queen cette fille. « Je t’ai à peine touché. » dis-tu tout en venant piquer un bout de son steak de soja. A chaque fois, t’essayes de goûter cette chose qu’elle ingurgite en substitue de la viande et à chaque fois tu trouves toujours ça dégueulasse. Tu grimaces avant de venir boire de l’eau. « Non définitivement je n’aimerais jamais cette chose. » avoues-tu sans craindre de vexer ton amie.

YOUR MISTAKE DO NOT DEFINE YOU
2016 – CAMBRIDGE
Qui es-tu Noora ? Voilà ce que la psychologue t’a demandé après tout les événements que tu as vécu. Au début, tu ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire et ce qu’elle souhaitait entendre de ta part. Tu es une femme indépendante, une femme brisée bien trop tôt par la vie .. Tu t’es détruite à petit feu, tu t’es senti consumée intérieurement pensant atteindre le point de non retour .. La mort de ta mère reste quelque chose que tu tais, tu n’en parles pas, comme si ce moment de ta vie n’existait pas .. Tu t’enfermes dans ce cocon où oui tout va bien pourquoi ? A quoi bon répondre non, pour qu’on te demande pourquoi par la suite. Les gens n’attendent pas un parce que en réponse, ils attendent quelque chose de concret, de réel .. Mais tu ne veux pas toi rendre ton mal-être réel. Tu veux être cette fille qui vit, qui profite de la vie .. Ce n’est pas sa la vie. Alors qu’est ce que c’est ? Être constamment triste ? Avoir cette impression constante de marcher au bord d’une falaise ? Non. La vie c’est assumer qui on est et ce que l’on ressent. Alors tu ne veux pas vivre. C’est difficile de dire ça. Qui es-tu pour cracher ainsi sur la vie qu’on t’a offerte ? Que penserait ta mère de cette attitude défaitiste ? Je serais toujours là. C’est faux ! Elle mentait et tu l’as cru naïvement. Tout le monde te ment en disant que tu t’en sortiras, que c’est seulement une mauvaise passe. Certes. Mais à cet instant tu ne veux pas que ça passe, parce que c’est en te détruisant que tu te sens vivre.

Tout ça c’est fini. T’as compris qui t’étais. T’as compris quelle personne tu voulais être pour tes proches. T’es une battante. La vie peut te briser, mais tu seras toujours plus forte que ça. Après tout, tu es Noora Mohn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
INSURGENT
keep calm and get wasted
avatar

Inscription : 01/01/2012 Messages : 22

MessageSujet: Re: NOORA MOHN (ILH)   Mar 31 Oct - 17:47

Citation :

NOORA MOHN
SALT IN THE AIR, SAND IN MY HAIR.


BIO - Islandaise de pure souche. Elle est née le quatorze février. Noora a un frère aîné qui s’appelle Gabriel. C’est une globe-trotteuse, sa famille a toujours voyagé et grâce à ça elle a pu découvrir des cultures tellement différentes. Ces nombreux voyages lui ont permis d’acquérir plusieurs langues, comme le français, l’anglais, le chinois (de façon approximatif), l’espagnol et elle connait quelques mots en islandais. Sa mère s’occupait de son éducation scolaire et de celle de son frère durant les voyages. Elle a toujours préféré les matières littéraires plutôt que scientifique. Elle obtient finalement un premier diplôme lorsque sa famille s’installe à Boston. Noora est une passionnée de musique. Classique, Pop, Rock .. tout les genres coexistent entre eux dans sa playlist spotify. Lorsqu’elle débarquait dans un nouveau pays, elle avait ce petit tic qui était de tourner sur elle-même (pour expliquer ce tic, elle donnait à chaque fois des réponses différentes .. à ce jour personne ne sait vraiment pourquoi elle fait ça). En 2011, année d’arrivée à Boston, la demoiselle pensait rapidement refaire ses bagages pour une nouvelle destination .. malheureusement un événement va chambouler la vie de globe-trotteur des Mohn. On détecte la même année un cancer à sa mère, une annonce que Noora n’arrivera pas à digérer. Un an plus tard sa mère décède, laissant derrière elle une fille brisée. Sa joie de vivre a été entaché par ce décès précipité, elle c’est laissée consumer à petit feu jusqu’à atteindre un point de non retour.  Heureusement son frère et son père bien plus fort qu’elle, on réussit à la ramener sur le droit chemin. Pendant un an elle a consulté une psy afin de déterminer de nouveau quel était son but dans la vie et qui elle était. Elle a intégré la prestigieuse université d’Harvard dans un double cursus : astronomie & littérature anglaise. Rapidement elle a rejoint la MATHER House, retrouvant en leur valeur un mode de vie dont tu te sentais proche. Elle fume souvent, boit un peu trop de café et à une consommation d’alcool déraisonnable en soirée. Elle n’est pas une grande sportive dans l’âme. Elle s’ennuie rapidement lorsqu’elle pratique un sport. alors elle court de temps en temps afin de se déculpabiliser de son alimentation parfois négligé. En 2013, lors des alertes à la bombe qui ont touché Harvard, elle a rencontré une fille qui à ce jour est devenue sa meilleure amie. (ANJA). Ele n’a jamais connu l’amour avec un grand A, mais elle a aimé des personnes bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé. 

CARACTERE - nonchalante ◦ joueuse ◦ optimiste ◦ fêtarde ◦ bordélique ◦ pas pudique ◦ épicurienne ◦ souriante ◦ impulsive ◦ franche ◦ flemmarde ◦ possessive ◦ un brin chiante.

A SAVOIR - A rejoint Harvard et la MATHER HOUSE en 2012 + membre de l'équipe des SPOIRTIATES lors du SC 2017.


F A M I L Y | GABRIEL (u.c)

C O M P L I C A T E D | ELIAS. HADES.

P A S T L O V E | ANDREA. Rencontré dans un bar en Islande, en 2015. Le petite prince a su retenir ton attention. Il t’a donné son numéro, t’as recontacté et instinctivement tu as accepté son invitation de le rejoindre à Monaco. T’as vécu une vraie vie de princesse, tu l’as aimé et tu sais que t’as été aimé en retour, mais on dit souvent que toutes les bonnes choses ont une fin .. Il a décidé de rompre, t’as accepté sa décision, tu connaissais ces obligations et tu comprenais qu’il y avait un temps pour tout. Vous êtes restés en bon terme suite à ça.

B E S T | ANJA. Elle était là en 2013. Elle était à tes côtés, elle a été dans ce chaos ta bouffée d'air frais. Devenue aujourd'hui ta meilleure amie, elle ne cesse de te surprendre. Tu ferrais tout pour elle, et vice versa. Elle peut compter sur toi et tu peux compter sur elle. Possesive et têtue toutes les deux, ils vont arrives de vous prendre la tête, mais jamais bien longtemps. ELBETH. (en cours)MAXENCE. Ton meilleure celui qui sait te dire STOP quand il le faut. Il reste quand même à ton écoute et tu lui rends bien. Il n'a pas peur de te dire tes quatre vérités comme Anja. Rencontré bien avant son départ, votre relation ne devait pas évoluer ainsi, mais t'as été là pour lui à son retour et t'as su accepté ses choix. Naturellement, votre relation n'a fait que s'améliorer avec le temps. JULES.

F R I E N D S | HAYDEN.    LOUVE. MARGOT. EZIO. MAXIME.
ERIN.SLOAN. Difficile de décrire ce sentiment qui t'anime en sa présence. Tu ne serais mettre des mots sur la relation qui vous unit. Tout a commencé par une soirée où tu t'es jouée de lui en lui faisant croire que ta présence n'était que le fruit de son imagination. Tu vis cette relation au jour le jour et advienne que pourra. D'un commun accord vous avez décidé de mettre un terme à ce je ne sais quoi qui se passait entre vous. Il est à ce jour ton ami et sait qu'il peut compter sur toi. NESRYNE. CORNELIA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
NOORA MOHN (ILH)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mohn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Happy Hunger Games! And may the odds be ever in your favor! :: People are going to talk, whether you do bad or good.-
Sauter vers: