AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ENAEL SWINDELL (ILH)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
INSURGENT
keep calm and get wasted
avatar

Inscription : 01/01/2012 Messages : 22

MessageSujet: ENAEL SWINDELL (ILH)   Jeu 8 Déc - 21:43

Citation :
NOM ; Swindell. Le nom de ton père adoptif, que tu as rapidement adopté comme le tien. Ton nom est reconnu dans le domaine du droit, et ton père fait tout pour doré le nom de votre famille au travers de ces réussites. PRÉNOM ; Tout simplement Enaël, un prénom qui te colle à la peau et que tu apprécies entendre dans la bouche de ta mère. ÂGE ; Ca va faire vingt quatre ans que t'emmerdes le monde, que tu te pourris la santé que tu n'en fais qu'à ta tête. Et t'es bien plus proche des 25, du quart de siècle et des questions existentielles comme à quad le mariage, les enfants .. ORIENTATION SEXUELLE ; Hétérosexuel. Tu as toujours sur que les femmes et leurs courbes généreuses étaient les seules à retenir ton attention. Tu les désires, les charmes pour obtenir l'impossible. Il est bon de partager un lit en bonne compagnie au lieu d'être seul avec ses pensées. STATUT SOCIAL ; Riche. Ta famille roule sur l'or. Ton père est un avocat connu et en arrivant à Boston, il a monté sa propre boîte, ne faisant qu'accroître sa notoriété. Ta mère, elle était directrice d'une Université à Sydney avant de laisser son poste à quelqu'un d'autre pour suivre son mari. Vous ne manquez de rien, attisant la jalousie de certains DATE ET LIEU DE NAISSANCE ; T'es né le 14 Novembre 1992, une naissance sous X. Tu n'as jamais connu ta vraie mère et tu ne cherches pas à la connaître, ta famille adoptive t'as apporté tout l'amour dont tu avais besoin durant toutes ses années. Tes parents adoptifs t'ont appris que tu avais vu le jour à l'hôpital de Sydney en Australie. NATIONALITÉ ; australienne. STATUT AMOUREUX ; Ta vie sentimentale est proche du néant, depuis trois ans tu l'as mise de côté, préférant t'amuser et profiter de la vie. T'as peur de t'attacher de nouveau à quelqu'un. La dernière fois que tu l'as fait, ça c'est arrêté tellement brutalement qu'aujourd'hui encore tu en souffres. Tu ne montres rien, personne ne le sait, mais ton premier amour n'est qu'un défunt souvenir. ÉTUDES MAJEURES ; Il a été difficile pour toi de choisir ta vocation. Tu n'as jamais su vers quoi te tourner jusqu'à tes 18 ans. Tout te plaisait, tout t'intéressait il est vrai, mais rien n'a su se sortir du lot. Ton père aurait souhaité que tu reprennes son cabinet, il aurait voulu te voir suivre ses pas .. Mais le monde dans lequel il vivait ne t'a jamais paru bien joyeux. Tu avais besoin de t'épanouir dans ce que tu faisais et c'est lors d'un travail durant l'été que tu as compris que la communication était fait pour toi. C'est pour ça que tu t'es inscrit dans le domaine de la communication et plus spécifiquement dans le multimédia. ÉTUDES MINEURES ; Tu as choisi une étude mineur afin de pouvoir t'échapper lorsque tu le souhaitais. L'art sous toutes ses formes, t'as toujours attiré depuis tout petit. Tu aimes créer, innover et partager tes émotions à travers une musique, un tableau .. Mais pour Harvard, tu as plutôt opté pour la musique maîtrisant à la perfection bons nombres d'instruments. GROUPE #1 ; LOWELL HOUSE GROUPE #2 ; STUDENTS CRÉDITS ; Morrigan (avatar) tumblr (gif)

Citation :
(c h a p t e r o n e)
SYDNEY (AUSTRALIE) - 2005

T’écoutes depuis quelques minutes tes parents t’expliquaient quelque chose que tu avais compris depuis un ou deux ans maintenant. T’as été adopté. Tu n’es pas un enfant voulu. T’as été abandonné à la naissance par une mère qui ne pouvait s’occuper de toi. Tu ne connais pas les raisons de son choix et tu ne veux pas le savoir. Il ne te reste rien d’elle .. Ou si peut-être un sourire. Tu ne sais si c’est le sien, mais des fois tu rêves d’un sourire qui n’appartient pas à ta mère adoptive .. Alors t’as décidé que c’était celui de ta vraie mère. Pourtant, tu ne t’accroches pas à ce sourire. Tu ne veux rien connaître de cette femme, tu ne veux pas la retrouver ça t’importe peu. « C’est toi ma mère et personne d’autre. » dis-tu finalement coupant court à la discussion. Les larmes coulent sur les joues de cette femme que tu appelles maman. C’est elle qui était là à tes premiers pas. C’est elle qui te lisait des histoires le soir, c’est elle qui a soigné des blessures .. Elle était là tout le temps, elle t’a aimé comme son propre enfant et tu ne pourras surement jamais assez la remercier pour ça. Ton père tente de la réconforter tant bien que mal, mais tes mots l’ont touché tu penses. Elle semblait surprise, mais ce que tu as dis tu le penses. Tu ne veux pas chercher ta vraie mère, tu n’en ressens pas le besoin .. Ce serait pour toi comme courir après un fantôme. Elle n’a laissé aucune trace d’elle, alors ça veut dire qu’elle ne voulait pas être retrouvé. Tu respectes sa décision. « On mange quoi ce soir sinon ? » demandes-tu en souriant. Tu voulais passer à autre chose. Tu ne voulais plus entendre parler de cette histoire. Ta vie n’a pas commencé à ta naissance, mais le jour où on t’a confié au Swindell. C’est comme ça que tu vois les choses en tout cas.

(c h a p t e r t w o)
SYDNEY (AUSTRALIE) - 2007

Tu fais tournoyer ton stylo entre tes doigts. Ses explications t’atteignent, mais glissent sur toi comme à chaque fois. T’hoches seulement la tête de temps en temps quand elle relève la tête vers toi pour voir si tout va bien. Tu souris subtilement quand tu la vois froncer des sourcils, un tic que tu as remarqué chez elle quand une notion devient plus difficile à aborder. Ton regard dévie vers son décolleté et tu sens immédiatement la claque qu’elle t’assène derrière la tête. « Tu n’écoutes rien du tout. » « Si. » Elle secoue la tête, désespéré par ton comportement. Tu rigoles face à son attitude avant de replacer une mèche blonde derrière son oreille. Ses joues s’empourprent et ton sourire ne fait que s’accroître. « Et si on allait fumer une clope. » « Je ne fume pas. » Tu lèves les yeux au ciel avant de te lever. T’attrape son poignet délicatement, la traînant jusqu’à la sortie. T’étais patient pour certaines choses, mais les cours particuliers n’en faisaient pas parti. La brise printanière vint effleurer tes bras nus, tu soupires d’aise tu crevais de chaud à l’intérieur. Tu portes une cigarette à tes lèvres avant de l’allumer. Teagan te fusille du regard, les bras croisés sur son torse, tu la vois trembler. Il est vrai qu’une personne normalement constitué aurait froid. Les températures sont encore faible à Sydney pour cette période de l’année. Ton bras libre vint attraper ce corps frêle qui te fait fasse. Naturellement tu la serres contre toi. Elle marmonne des paroles inaudible avant d’entourer ta taille de ses bras. « Tu devrais arrêter de fumer. » Tu ne peux t’empêcher de rigoler. « Je réfléchirais à la question promis. » dis-tu avant de tirer une taffe sur la cigarette que tu te tenais entre les doigts.


(c h a p t e r t h r e e)
SYDNEY (AUSTRALIE) - 2008


Une dispute, un grincement de pneu, des cris et le noir total.

Tu te réveilles subitement, lâchant un grognement s’échapper de tes lèvres portant instinctivement ta main à tes cotes. Le bruit assourdissant des machines à côté de toi ne font qu’accentuer ton mal de crâne. Tu passes ta langue sur tes lèvres pour les humidifier, et ta tête retombe lourdement contre le coussin. Le blanc qui recouvre les murs agresse tes pupilles et tu n’oses faire le moindre mouvement dû  à la douleur qui submerge tout ton corps. Dans un grincement la porte s’ouvre laissant apparaître ta génitrice, un café à la main et le regard fatigué. D’un mouvement lasse, elle relève la tête pour t’observer et met quelques secondes à analyser ton état actuel. « Oh mon dieu Enaël, t’es réveillé. » Elle se précipite à tes côtés, laissant reposer son gobelet sur la table de chevet à ta droite avant de te prendre dans ses bras. Une grimace tord les traits de ton visage, mais tu sens en elle le besoin de sentir respirer, de te sentir vivant. « Je vais bien. » souffles-tu tout en caressant son dos du bout des doigts, chaque mouvements te semblent douloureux donc tu minimises tes gestes. Elle rompt votre étreinte, s’asseyant prêt de toi. « Enaël de quoi tu te souviens ? » Tu fronces les sourcils. Ses traits se sont immédiatement tendus suite à sa question. Tu te souviens de rien. Juste que vous êtes montés dans une voiture avec Teagan. Rien de plus. T’étais dans cette voiture et en te réveillant tu te retrouves dans un lit d’hôpital. « Maman où est Teagan ? Je sais qu’on était ensemble hier soir. » Sa main se referme sur la tienne et elle la sert fort, comme si elle essayait de se donner du courage. Tu sens qu’elle réfléchit aux mots à employer, à la façon d’aborder les réponses aux questions que tu venais de lui poser. Ses yeux brillent dû à l’émotion et tu sens qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Tu sens que tout ce qui sortira de sa bouche à partir de maintenant ne fera qu’agrandir la douleur que tu ressens déjà. « Elle ..  » Sa voix est chevrotante, tu sens qu’elle essaye d’être forte en face de toi. Tes doigts se resserrent autour des siens et t’inspires et expires doucement. Elle plonge son regard dans le tien et tu comprends. T’as pas besoin de mots, son regard suffit à t’expliquer la situation. Ta main quitte la sienne et vient se poser sur tes yeux. Tu retiens les larmes qui trahissent de tomber d’une minute à l’autre, mais tu ne peux te permettre de flancher devant ta mère qui a tellement subi. « Elle a succombé à ses blessures durant la nuit. » Un sanglot s’échappe de tes lèvres et tu n’arrives plus à réfléchir correctement. Tu n’arrives pas à croire qu’on t’es retiré la seule personne que tu as aimé le plus au monde. La douleur écrase ton palpitant, te faisant suffoquer. Ta respiration s’accélère et t’étouffes sentant que l’oxygène te manque. Tu fais une crise de panique et ne trouve aucun moyen pour l’atténuer. Ta mère se précipite à l’extérieur de ta chambre, hurlant qu’elle a besoin d’aide et deux infirmières te prennent en charge. T’imposant rapidement un rythme régulier à reprendre pour ta respiration. « Laissez .. moi. »  Ta respiration redevenue calme, tu sens ta poitrine se serrait. Tes paupières s’alourdissent, ta voix se fait de plus en plus inaudible et de nouveau le néant.


(c h a p t e r f o u r)
BOSTON - 2015


L’écran de ton ordinateur affiche depuis quelques minutes maintenant la page de ta boîte mail. Un nouveau message est sur le point d’être écrit .. Enfin du moins, t’espères avoir le courage de le faire. Tu ne sais pas quoi commencer, un simple salut ne fera jamais l’affaire .. T’as quitté le navire comme tu aimes le dire sans te retourner. T’en avais besoin. Tu supportais plus de voir tout ses endroits qui te faisaient penser à Teagan. T’as souffert pendant des semaines, des mois .. Puis comme si on avait entendu ton appel à l’aide, ton père est rentré un soir annonçant sa mutation à Boston. L’Amérique du nord. Tu n’aurais pas pu rêver mieux pour t’éloigner de cet enfer qui était le tien. T’as presque était heureux de cette annonce. T’as prévenu peu de gens avant ton départ. Tu ne voulais pas fêter ça. Tu voulais juste quitter au plus vite cette ville. Dana ne te le pardonnera jamais. Mais tu n’as pas du tout pensé aux conséquences de tes actes. Alors te voilà devant ton ordinateur, des années plus tard à trouver les mots juste. Un soupire s’échappe de tes lèvres. Tu voudrais lui tellement de choses .. Mais elle ne te croirait jamais. Elle est comme ça Dana, elle est désinvolte. Elle ne croit que ce qu’elle voit. Comment lui en vouloir. Puis tu te jettes à l’eau .. Tes doigts effleurent les touches de l’ordinateur pour écrire ses quelques mots : hey dannette ! qu’est ce que tu deviens ?

Sa réponse ? Tu l’attends toujours. Tu ne sais si son comportement est volontaire ou non .. Tu ne veux pas le savoir à vrai dire. Elle t’en veut. Tu t’en doutes. T’es parti sans rien dire .. Tu ne voulais pas dire en revoir .. Une fois pas deux. C’était son ami, elle était ta petite amie .. Elle était ce pont entre vous deux. Vous l’avez en quelque sorte trahi .. Et .. Tu l’as involontairement tué. Tu ne te le pardonneras sûrement jamais. Tu vivras à jamais avec ça sur ta consciente. Tu ne le montres pas évidemment .. Jamais. Tu ne t’attaches plus. Tu vis pour deux. Pour elle avant tout, mais aussi un peu pour toi. Elle aurait détesté te voir te morfondre, mais tu te détesterais de faire comme si rien ne c’était passé. Peu de gens connaissent la vérité sur ton passé .. Tu ne le cries pas sur tout les toits. Tu caches cette part sombre de ta vie. Tu préfères mentir plutôt qu’avouer cette vérité douloureuse. Tu vis votre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ENAEL SWINDELL (ILH)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ SWITCH ] Soseo & Seoha
» [Helen Falconer]Enael, Tome 1 : L'appât

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Happy Hunger Games! And may the odds be ever in your favor! :: People are going to talk, whether you do bad or good.-
Sauter vers: